Rechercehe dans le Blog بحث في المدونة

18 janv. 2011

les tunisiens se font confisquer leurs révolution

La démocratie est en danger en Tunisie! À voir ce qui se passe depuis que l’ex-président BENALI n’est plus au pouvoir des questions se posent :
Zine el abidine BENALI a t'il fuit le pays ou bien fut chassé sinon encore il aurait reçus des sommations pour quitter la Tunisie sous peine de se voir subir un sort comme celui du dictateur roumain exécuté Tchaotcheskou ?
On a entendu parler depuis le 25 décembre 2010 des rumeurs disant que BENALI se préparait à une fuite au cas où il serait contraint à quitter le pays.
Remarquez que cela ne faisait que 8 jours que les Tunisiens se manifestait suite à mort de BOUAZIZI.
Dans toute révolution comme on l'a vu après la révolution des Roses en Géorgie par exemple :
C’est l'opposition qui prend les règnes du pouvoir avec on doit le dire un soutien des  militaires; le cas Tunisien le prouve l'armée a bien une main dans la chute de BENALI en refusant de tirer sur les manifestants.
Contrairement à Chine ou comme pendant le Printemps de Prague - Tchéquie ou on a vu deux révolutions avortées BENALI a du faire comme Jean-Claude Duvalier, dit « Baby Doc » s’exiler pour y revenir après ; les haïtiens n’ont pas pourtant oubliés après 25 ans d’exil.
En se penchant sur le cas Tunisien actuel, on remarque des similitudes à ce qui s'est passé après le 5 octobre 1988 en Algérie ou on a vu un genre de gouvernement avec des figures nouvelles mai anciennes sans vraiment apporter du changement; dans l’Algérie de 1988 il y avait un parti unique un syndicat contrôlé par ce même partit unique comme maintenant en Tunisie le partit du RCD qui contrôle toute la scène politique et ouvrière du pays; les médias totalement contrôlé par le système aucune forme d’expression sans contrôle de l’état et des exaction quand on parle de droit de l’homme.
Il n'y a pas eu une extraction du parti unique en Algérie suite au l’évènement du 5 octobre.
En Tunisie le premier ministre tente de refaire une adaptation du cas algérien, or on ne peut refaire l’histoire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire